manger cacher


Taref : pas cacher

Sont concernés tous les insectes, volants ou non, les reptiles ainsi que les mollusques, crustacés et fruits de mer (calamars, huîtres, bulots, langoustes, homards, crabes, escargots.) et enfin toutes les sortes de vers ("Tout ce qui rampe sur le ventre ou qui se meut sur quatre pieds ou plus, vous n'en mangerez pas car ce sont choses abominables", Lévitique, XI, 42). Cette interdiction concerne aussi leurs oufs et larves. En revanche le miel, qui ne provient pas de l'abeille (qui, elle, est impure), mais est simplement élaboré par elle, est autorisé.

A partir de là, interdiction de boire de l'eau véreuse avant qu'elle ne soit filtrée ou de manger un fruit véreux sans en avoir séparé la partie "contaminée" avec un couteau (si, en coupant le fruit, on a aussi coupé le ver, il faudra laver et nettoyer le couteau avant de continuer à l'utiliser).

Il faudra obligatoirement procéder à un examen pour détecter les insectes ou leurs traces sur les aliments, même sur ceux juste susceptibles d'en receler, comme les légumes verts (laitue - à examiner par transparence - persil, choux), champignons, dattes, figues, noix, fraises, pommes.

L'examen doit être très scrupuleusement fait, en cherchant là où se trouvent en général les insectes ou les traces de leur passage. Les aliments pour lesquels l'examen n'est pas possible ne pourront être consommés. Cet examen doit être fait "dans la crainte de D.ieu" (Yirat Chamayim), et ne peut donc pas être réalisé par un non-pratiquant.

Si un paquet de féculents ou de fruits secs (farine, riz, céréales biscuits, mazoth, pruneaux, abricots, figues) a été entreposé dans des conditions défavorables (excès de chaleur ou d'humidité) il est possible qu'il contienne des charançons. Dans ce cas, il faudra jeter la totalité du paquet.

Noix, amandes, pistaches : les amandes et noix de cajou recèlent souvent de minuscules insectes (ou leurs oufs) sous l'écorce. Très difficiles à retirer, il faudra griller au four amandes, noix de cajou, pistaches et graines de pavot. Les minuscules insectes sécheront sous l'effet de la chaleur et seront alors assimilés à de la poussière.

Aliments cuits sans examen : s'il en est encore temps, il faut les examiner. Si un insecte est trouvé, seul le fruit le contentant est à jeter, le reste sera considéré comme Cacher.

Si des fourmis viennent dans un aliment, on pourra le consommer à condition que la partie où elles se trouvent puisse être totalement enlevée (ce qui est le cas si juste la surface est contaminée). Si les fourmis se trouvent partout, l'aliment devient entièrement impur. S'il s'agit de miel, on pourra le purifier en le faisant bouillir puis en le filtrant.