manger cacher




Cachériser un poulet (volaille)

Avant le salage, un poulet cacher a subi de nombreuses opérations.

Il faut en effet :

- couper les ongles
- séparer les cuisses des hauts de cuisse (tout au moins couper le muscle qui les relie)
- couper l'extrémité des ailes
- séparer les têtes (à cachériser comme la tête de bétail, si on veut la consommer)
- retirer du cou la peau, la trachée, les veines, la gorge
- ouvrir le poulet dans le sens de la longueur
- retirer un par un tous les organes internes (poumons, cour, foie, fiel, intestins, gésier)
- ouvrir la paroi de l'estomac et vérifier qu'aucun corps étranger (pierre, etc.) ne s'y trouve. Si c'est le cas, il faudra interroger une autorité rabbinique (voir ci-dessous "Comment reconnaître une Cheéla")
- enlever le sang du cour (en l'ouvrant en deux endroits)
- mettre de côté le foie (qui sera cachérisé par grillage)

Comme pour la viande, il faut retirer toute trace de sang avec un soin extrême.