manger cacher




Cacher Lamehadrin - Cacherout et contrôle

Généralement, cacher lamehadrin se dit d'un produit cacher au dessus de tout soupcon et en dehors de toute discussion entre décisionnaires. En effet, certains produits alimentaires sont sujets à discussions, et s'ils ont été considérés commes cacher selon la halakha, soit par le principe de la majorité des décisionnaires parce qu'il ne s'agit que d'un problème "derabbanane", il ne sera pas considéré comme lamehadrin puisque certains décisionnaires le considèrent comme non cacher. Un tel produit est donc permis à la consommation et pourra recevoir le label cacher, mais ceux qui se veulent mehadrine, c'est à dire ceux qui cherchent à pratiquer les mitsvot de manière plus rigoureuse s'abstiendront de manger un tel produit.

Deux exemples :

1) La consommation de produits laitiers à base de lait goy non surveillé est permis par de nombreux décisionnaires, puisque de nos jours il est certain qu'il s'agit de lait de vache ou de brebis, mais un produit laitier mehadrine ne contiendra que du lait d'Israël ou surveillé depuis sa traite.

2) Les confiseries ou autres aliments contenant de la gélatine, fabriquée à partir d'os de bêtes non cacheres, sont tout de même considérés comme cacher par une partie des décisionnaires, car ces os, après avoir été réduits à l'état de poudre inconsommable telle quelle, ont perdu le titre d'aliment ; mais beauccoup d'autres décisionnaires pensent que cela est tout-de-meme interdit "miderabbanane".

Bien entendu, dans la pratique, le plus important est de s'assurer que l'autorité rabbinique qui assure la nature cachère d'un produit est digne de foi, sans quoi l'étiquette mehadrine n'a aucune valeur.
Nos sages soulignent l'importance de la cacheroute en signalant que la consommation d'aliments non cachers "abrutissent" le coeur.